Exposition « Pochettes en stock »

eveQuand 250 pochettes de disques vinyles deviennent le support d’artistes issus de l’art urbain, le résultat est surprenant. 

Du 09 décembre 2016 au 08 janvier 2017, Le LOFT DU 34, en association avec ARTSUGGEST.COM, présentera sur ses murs environ 250 disques vinyles issus d’une collection privée et proposés à la vente, dont certaines signées par les artistes eux-mêmes. Des disques créés entre les années 50 et aujourd’hui, illustrés par des artistes connus du grand public comme :

ANDY WARHOL, KEITH HARING, Jean-Michel BASQUIAT,  BANKSY, KAWS, SHEPARD FAIREY, INVADER, PAUL INSECT, Kenny SCHARF, DELTA, PARRA, MAYA HAYUK, FAILE, SPEEDY GRAPHITO, Mr BRAINWASH mais aussi les graffeurs PHASE2, MODE2, LAZOO, FUTURA2000, DUSTER & SEEN & ZEBSTER, DARCO.

unnamed

Parmi les 250 pochettes exposées, quelques pièces exceptionnelles ont été éditées en quantité limitée (300, 500 ou 1000 exemplaires) et parfois numérotées :

Jean-Michel BASQUIAT :

THE OFFS – First Record | 1984. Rare set de 3 vinyles avec pressage sur disques noir, blanc et transparent.

basquiat-_-the-offs-first-record-white

BANKSY :

> ONE CUT – Cut Commander de 1998.

> Dirty Funker, pochette éditée en 2006

> THE BANKSY YEARS – Monkey QUEEN.

> un set complet des « MONKEYS – Keep it Real » de DJ DM.

KAWS :

> SWEET ROBOTS AGAINST THE MACHINE – Re: Towa Tei EP1 (2003)

kaws-_-sweet-robots-against-the-machine-re-towa-tei-ep1-2003

SHEPARD FAIREY :

> pochettes de groupes et chanteurs connus : LED ZEPPELIN, THE BLACK EYED PEAS, WILL.I.AM, SEPULTURA ou JOAN JETT …

Un peu d’histoire…

Dans les années 50, la première galette en matière plastique composée de polychlorure de vinyle diffusant un son stéréophonique fit son apparition. Deux formats coexistèrent, le LP – de l’anglais « Long play » ou « longue durée » quand il s’agit d’un disque tournant à 33 tours par minute, et le EP (single – un seul morceau) pour un disque tournant à 45 tours par minute. La production des vinyles connaît son apogée au milieu des années 80 et a commencé à décroître avec l’apparition sur le marché du disque compact (ou CD), Les derniers 33 tours de grande production sont produits en 1991, et les derniers 45 tours en 1994. Toutefois, le vinyle attire encore des amateurs et des collectionneurs au point que dès 2010, le support voit sa popularité remonter. Les majors rééditent alors une partie de leur catalogue dans ce format et de nouveaux groupes l’utilisent pour diffuser leurs créations.

De nombreux artistes influents sont sollicités pour travailler sur l’illustration de pochettes, cassant l’idée installée dans les années 60, qu’il fallait mettre une photo du groupe sur le support. En proposant une vision décalée, une image choc ou surréaliste susceptible de plaire, les couvertures s’embellissent au fil du temps, plus graphiques et plus esthétiques, elles deviennent de véritables objets promotionnels. Le vinyle devient ainsi plus qu’un support, un véritable objet de fascination, de convoitise et de collection. A tel point qu’aujourd’hui l’objet dépasse son cadre fonctionnel et trouve même sa place dans des ventes aux enchères qui lui sont dédiées.

La disparition récente des chanteurs Lemmy KILMISTER du groupe MOTÖRHEAD et David BOWIE nous rappelle par leur médiatisation et l’émotion qu’elle a suscitée au combien certains artistes des années 80-90 ont réussi à marquer par leur talent plusieurs générations. Ce marquage intergénérationnel n’aurait sans doute pas pu se faire sans la mise en place de bons moyens marketing et promotionnels. A ce titre, parmi les supports de diffusion majoritairement utilisés avant les années 2000 qui ont permis à beaucoup de chanteurs ou de groupes de se faire connaitre, le disque vinyle a été avec la radio un garant de ce succès.
Un peu d’histoire… Dans les années 50, la première galette en matière plastique composée de polychlorure de vinyle diffusant un son stéréophonique fit son apparition. Deux formats coexistèrent, le LP – de l’anglais « Long play » ou « longue durée » quand il s’agit d’un disque tournant à 33 tours par minute, et le EP (single – un seul morceau) pour un disque tournant à 45 tours par minute. La production des vinyles connaît son apogée au milieu des années 80 et a commencé à décroître avec l’apparition sur le marché du disque compact (ou CD), Les derniers 33 tours de grande production sont produits en 1991, et les derniers 45 tours en 1994. Toutefois, le vinyle attire encore des amateurs et des collectionneurs au point que dès 2010, le support voit sa popularité remonter. Les majors rééditent alors une partie de leur catalogue dans ce format et de nouveaux groupes l’utilisent pour diffuser leurs créations.

De nombreux artistes influents sont sollicités pour illustrer des pochettes, cassant l’idée installée dans les années 60, qu’il fallait mettre une photo du groupe sur le support. En proposant une vision décalée, une image choc ou surréaliste susceptible de plaire, les couvertures s’embellissent au fil du temps, plus graphiques et plus esthétiques, elles deviennent de véritables objets promotionnels. Le vinyle devient ainsi plus qu’un support, un véritable objet de fascination, de convoitise et de collection. A tel point qu’aujourd’hui l’objet dépasse son cadre fonctionnel et trouve même sa place dans des ventes aux enchères qui lui sont dédiées.

L’exposition se tiendra à la galerie du LOFT du 34 située au 34 rue du Dragon à Paris et accueillera une sélection de pochettes de disques 33 tours. Elle se composera en trois volets correspondant à trois univers graphiques différents : l’Art Contemporain introductif et influenceur (Pop Art avec Andy Warhol), les artistes de la scène du graffiti (comprenant le lettrage mais aussi toutes les autres formes d’inscription murale à texte) et le Street Art (regroupant les techniques du pochoir et les autres moyens d’expression urbain hors lettrage.).

Le LOFT DU 34, loft de Saint Germain des Prés reconverti en galerie, accueille depuis mars 2016 des expositions dédiées au graffiti et au street art.

pochettes-en-stock-exposition-au-loft-du-34-photo-nicolas-giquel-12

© Nicolas Giquel

Vous avez jusqu’au 8 janvier pour découvrir cette dernière exposition.

Horaires de l’exposition

Ouvert tous les jours de 14h à 19h / Fermé le mardi.

LOFT DU 34

34 rue du Dragon, Paris 6ème

Métro Saint Germain des Prés.

Passez de bonnes fêtes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s